Quels sont les symptômes et le traitement de la Schizophrénie ?

traitement de la Schizophrénie

Publié le : 26 août 20216 mins de lecture

La schizophrénie fait partie des psychoses endogènes et est une maladie mentale grave. Environ 45 millions de personnes dans le monde souffrent de cette maladie. Il existe différentes formes de schizophrénie. La forme paranoïaque-hallucinatoire se produit le plus souvent avec l’expérience délirante, les hallucinations et les troubles de l’ego. Vient ensuite la schizophrénie catatonique avec excitation, posture rigide ou stéréotypes posturaux et vocaux. De même, la schizophrénie hébéphrénique avec apparition à l’adolescence, un affect plat, inapproprié, des claquements de gaieté, des troubles de la pensée : pensée désordonnée, discours indéterminé ou bizarre et des troubles de la conduite : comportement apathique ou sans inhibition. La schizophrénie indifférenciée, dans laquelle aucune affectation claire aux formes mentionnées ci-dessus n’est possible, est une autre forme. Il y a aussi le résidu schizophrénique, où une symptomatologie schizophrénique demeure après au moins une phase schizophrénique.

A. Symptômes négatifs et positifs de la schizophrénie

Les différentes formes de schizophrénie présentent des symptômes différents, ce qui permet de les classer plus facilement. On parle de symptômes négatifs et positifs de la schizophrénie. Ils peuvent exister en même temps, mais pendant la phase aiguë de la maladie, les symptômes positifs prédominent souvent, et entre les différents épisodes, les symptômes négatifs. Souvent, des symptômes négatifs apparaissent avant même la première phase de la maladie, au cours de laquelle un comportement inhabituel avec retrait social se produit, par exemple, des livres sur des sujets inhabituels sont soudainement lus, chez les jeunes cette phase s’accompagne souvent d’un problème de performance.

B. Cours et prévisions

La schizophrénie peut évoluer de différentes manières : les psychoses schizophréniques peuvent être aiguës et dramatiques ou progressives et à peine perceptibles pour les personnes extérieures. Ils peuvent rester un épisode unique ou déterminer le reste de votre vie à des intervalles plus ou moins longs. Le plus souvent, un remède est trouvé après une période de maladie, mais il est également possible d’avoir une évolution chronique de la maladie en forme de vague et un événement progressif : le plus rare. Les patients mariés chez qui le stress ou des événements de la vie graves et aigus ont conduit à une épidémie ont un bon pronostic, tout comme les patients présentant des phases rares et courtes de la maladie qui présentent une apparition aiguë de la maladie et chez qui le traitement médicamenteux des symptômes psychotiques est efficace à un stade précoce. Un mauvais pronostic, en revanche, est donné aux patients masculins divorcés ou séparés, isolés socialement et présentant des phases de maladie longues et fréquentes et une apparition progressive de la maladie. Des symptômes négatifs, des hallucinations auditives et des délires non traités pendant longtemps aggravent également le pronostic.

C. Importance des neuroleptiques dans la schizophrénie

Il est particulièrement important de disposer d’une pharmacothérapie suffisamment longue et correctement appliquée avec des neuroleptiques, également appelés antipsychotiques. 60 à 80 % des personnes qui tombent malades ont une rechute dans les deux ans qui suivent leur premier séjour à l’hôpital. Cependant, si vous donnez des neuroleptiques suffisamment longtemps, vous pouvez réduire ce taux de rechute d’au moins 50 %, ce qui signifie que vous devez donner les neuroleptiques pendant au moins un an, même si les symptômes de la schizophrénie ont complètement disparu. Une relation durable entre le patient et le médecin aide le patient à comprendre sa maladie, à la fois son origine, ses symptômes et les méthodes de traitement ainsi que les options individuelles disponibles pour prévenir une rechute.

D. Autres traitements de la schizophrénie

En outre, la pharmacothérapie comprend également l’utilisation d’antipsychotiques atypiques. Par rapport aux neuroleptiques classiques, ceux-ci ont souvent un effet plus favorable sur le bien-être subjectif, les performances neurophysiologiques, la qualité de la communication et donc la prévention des rechutes en raison de leur profil d’action modifié. Les concepts de traitement modernes combinent également la pharmacothérapie avec la psychothérapie, la thérapie des traumatismes et la thérapie familiale pour les patients, les parents et les proches aidant. La psychoéducation joue également un rôle important dans ce contexte. Les connaissances transmises ici facilitent la prise en charge de la maladie et contribuent à la détente dans les familles. En outre, la volonté des patients de suivre une thérapie peut augmenter considérablement et une rechute imminente peut être traitée à temps.

E. Plan de crise

Il convient en particulier de noter un plan d’urgence qui inclut les premiers symptômes individuels du patient tels que l’agitation, la nervosité et la tension, les troubles du sommeil, les difficultés au travail, le sentiment d’être dépassé, les troubles de la concentration ou de la mémoire et le retrait social. Le plan précise ce que le patient peut faire avec ses parents ou amis si de tels symptômes se produisent, par exemple, augmenter la dose de médicaments, consulter le médecin. Grâce à ces mesures, qui comprennent également l’ergothérapie, la réadaptation professionnelle et l’aide à la vie autonome, jusqu’à 60 % des patients peuvent être réintégrés de manière permanente : 40 % dans leur ancienne profession, soit 20 % de moins que le niveau précédent, tandis que seulement 10 % des patients deviennent handicapés de manière permanente.

Plan du site